image de $anime_tableau['titre'] image de $anime_tableau['titre']

Ghost in the Shell


Ajouté le 26/03/2008 à 01h08

Un Film : Cyber-Punk, Action
avatar ashe
Par Ashe
Informations personnelles sur la série :
Nombre d'épisodes :
Avancement personnel [au japon] :
Localisation (prêtée à) :
Stockage :
Appréciation :
1
Complète [terminée]
Appartement
DD externe (0)
5 / 5
Avis sur l'animé :
Synopsis :

La section 9 est un service de la sécurité publique inconnu de la population, spécialisé dans les actes terroristes et criminels liés à la technologie, et composé majoritairement de cyborgs. Effectivement avec l'avènement des cyber-cerveaux et leur connexion au réseau, l'homme s'est transformé en demi-ordinateur tout aussi perméable à une attaque informatique. La criminalité y a ainsi gagné une toute nouvelle dimension, que Motoko et ses hommes traquent avec efficacité.


Un pirate informatique surnommé le Marionnettiste (Puppet Master) excelle dans la prise de contrôle des ghosts, et utilise ainsi les humains comme des poupées. Une longue traque commence alors pour arrêter ce cyber-criminel, qui intéresse particulièrement Motoko.


Avis :

Ghost in the Shell est l'oeuvre cyber-punk la plus marquante de l'histoire des films d'animation japonais. On prend conscience après l'avoir vue de son impact incommensurable sur toutes les productions du genre sorties ensuite, tous médias confondus. L'univers futuriste très sombre et réaliste, accompagné d'une grosse dose de réflexions philosophiques, a grandement influencé les frères Wachowski pour Matrix de leurs propres aveux. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.


Le film se permet effectivement d'aborder une question sans vraie réponse : "Qu'est-ce qu'un être humain ?". Motoko n'a plus rien d'organique à l'exception de son cerveau, largement amélioré par de nombreux implants. L'une des premières scènes de l'oeuvre s'apparente à une magnifique allégorie de la naissance, passage obligatoire pour tout être vivant. Mais rien ne tend ensuite à prouver que les cyborgs pourtant terriblement humains, appartiennent à cette catégorie. La découverte de l'identité du Marionnettiste va bien entendu approfondir d'autant plus le débat, alors que le film ne manque pas de scènes dérangeantes pour faire douter le spectateur. Voir Motoko briser son corps dans des efforts improbables a par exemple, de quoi faire réfléchir sur la relation primordiale qui relie l'esprit à l'enveloppe.


Mais Ghost in the Shell s'avère aussi suffisamment dynamique pour ne pas ennuyer par ses débats sans fin. Les quelques scènes d'actions très bien réalisées viendront rapidement démontrer toute la dureté et la violence du monde de demain. On est aussi saisi par la dimension politique, avec ses célèbres conflits d'intérêts entre sections de la sécurité publique. Enfin, on accroche au travail effectué sur l'esthétisme de l'oeuvre, que ce soit sur l'aspect visuel comme auditif. On obtient donc un film culte à voir absolument, même par un public actuel.


Fiche associée (série) : GITS Stand Alone Complex
Fiche associée (série) : GITS SAC 2nd GIG
Lien animeka
Retour aux films

Les avis des membres

Commentaires : [1-20]

Appréciation moyenne des membres sur 1 avis : Culte

Ajouter un commentaire
Commentaire de : hgkdWKwyK (visiteur), le 22/11/2011 à 17h10
Apperciatoin for this information is over 9000—thank you!
Commentaire de : Ashe (membre), le 11/09/2008 à 14h57
Je pense qu'on peut même dire qu'il vaut mieux regarder le premier film deux fois, que voir les deux, on y gagne plus.
Comme tu dis les reflexions sont pas prémachés, si vous avez pas eu l'impression de réfléchir devant le film, on peut presque dire que vous l'avez pas vu (sans exagérer).

Bon par contre ca vaut le coup de le voir deux fois puis de voir le deuxième quand même ^^.
Commentaire de : Seph (membre), le 11/09/2008 à 13h34
La véritable force de Ghost in the Shell réside dans sa profondeur. Rien n'est du tout cuit dans cette référence de la SF, toute la sensibilité de la réflexion ne se dévoilera qu'à ceux qui seront attentifs à tous les détails et surtout qui feront la démarche de se rapprocher assez du major pour assimiler ses états d'âme.

Plus loin que la référence, je pense que l'on peut effectivement parler d'œuvre culte car son propos est authentique contrairement à son petit frère "Innocence" qui ne fait au final qu'approfondir la réflexion en donnant du concret à une œuvre qui se suffisait à elle même.

Mais bon, vous l'avez déjà vu de toute façon. Sinon, vous devriez être devant un film à l'heure qu'il est.
Commentaire de : Maetel (membre), le 09/09/2008 à 20h10
Pas grand chose à dire sur ta critique dtf on est obligé d'aimer GitS, juste comme ça mais notre major préféré n'a pas que son cerveau mais aussi sa colonne vertébrale seules chose intacte après son accident quand elle était petite.