image de $anime_tableau['titre'] image de $anime_tableau['titre']

Bokurano


Ajouté le 27/08/2008 à 00h21

Série Télé de 24 épisode(s) : Drame, Mecha
avatar ashe
Par Ashe
Informations personnelles sur la série :
Nombre d'épisodes :
Avancement personnel [au japon] :
Localisation (prêtée à) :
Stockage :
Appréciation :
24
Complète [terminée]
Appartement
DD interne (0)
3.5 / 5
Avis sur l'animé :
Synopsis :

Quinze enfants, qui à de rares exceptions ne se connaissaient pas avant, participent à une classe verte au bord de la mer. Lors d'une sortie plage, ils décident de visiter la grotte du coin et rencontrent un homme étrange qui leur propose de tester un jeu. Ils s'engagent alors sans le savoir à protéger la Terre lors de quinze combats bien réels. En cas de défaite, leur monde disparait. En cas de victoire, le pilote qui a été choisi aléatoirement dans le groupe y laisse la vie.


Avis :

Bokurano semble vouloir renouveler les trop classiques animés de mecha, pilotés par des gamins contre des envahisseurs inconnus. Se battre, souffrir puis mourir en sauvant la terre ou l'abandonner, représentent deux choix particulièrement restreints. Le combat qu'ils doivent mener contre leur peur de la mort est passionant, d'autant plus dans une série qui laisse finalement peu de place aux affrontements. Effectivement, les épisodes sont consacrés en majorité au contexte psychologique et familial du prochain pilote.


Ces histoires sont passionnantes car suffisamment diversifiées : les quinze jeunes étant vraiment très différents. Certains scenarii s'avèrent même être de petits bijoux très touchants, notamment celui du grand frère en charge de sa famille et celui de la fille de prostituée. Il aurait été cependant bien plus malin de les mélanger. Les épisodes en auraient gagné en dynamisme. Et cela aurait laissé planer le doute sur l'identité du prochain pilote, un plus pour l'ambiance.


On a malheureusement tendance à décrocher durant la seconde moitié. Le nombre de personnages a bien entendu diminué, donnant l'impression d'assister systématiquement aux mêmes dialogues. Les réflexions deviennent moins profondes puisque les derniers survivants se sont faits une raison. Mais le plus gros problème de Bokurano, c'est d'avoir tenté de donner une explication logique aux événements. Le manque de crédibilité qui en découle est impressionnant, et la perte d'intérêt est en conséquence. D'ailleurs la fin laisse un goût d'inachevé, on se demande par exemple l'utilité d'avoir mentionné les "maîtres".


Quant à la réalisation, elle est étrange. Le chara-design est original ce qui est appréciable en considérant la quantité de personnages, par contre il n'a rien de transcendant. Même constat pour le mecha-design, atypique mais oscillant entre le moyen et l'immonde. L'animation 2D est tout juste au standard, et c'est surtout du côté de la 3D et des affrontements de mecha que l'on sent les plus grosses faiblesses. Les coups sont toujours les mêmes, les ennemis semblent totalement amorphes et globalement l'intérêt est nul.


Etrange mais intéressant concept que cet animé de mecha faisant la part belle à une critique de la société actuelle, au détriment des combats. Si l'idée de base et l'ambiance très sombre passionnent un moment, on regrettera vraiment qu'ils n'aient pas choisi de garder un scénario surréaliste. Avec ses énormes qualités et ses nombreuses carences, Bokurano s'adresse à un public particulier, mais qui devrait l'adorer.


Lien animeka
Retour aux animés

Les avis des membres

Commentaires : [1-20]

Appréciation moyenne des membres sur 1 avis : Bon

Ajouter un commentaire
Commentaire de : Proxy (membre), le 21/12/2009 à 16h47
J'ai bien aimé ce manga, assez macabre dans le genre... mais ils auraient pu améliorer le design des "mechas" que je trouve vraiment enfantins, on se croirait dans Digimon. Le suspense est là, on a toujours envie de savoir qui sera le prochain à passer sur la chaise...
Commentaire de : Ashe (membre), le 27/08/2008 à 13h55
Fafner j'en ai pas un souvenir impérissable, à part la musique, mais ça fait super longtemps, faudra que je les revoies avant de m'aventurer à le commenter
Commentaire de : Ashe (membre), le 27/08/2008 à 13h55
4eme épisode effectivement, mais pour ma part, je sais pas si ça vient de la quantité d'animé que j'ai matté, j'en étais absolument sûr à la fin du deuxième épisode et la chute du mec.

Comme je me permet les synopsis sur deux épisodes, et que j'aurai pas eu grand chose à dire sans ça (j'ai bien pensé à des métaphores flou du genre "le sacrifice est passionant", mais bon ^^), je me suis permi.
Commentaire de : Porcorosso34 (membre), le 27/08/2008 à 10h06
Je trouve un peu dommage que tu aies mentionné le fait que les pilotes meurent après avoir gagné leur combat (il est vrai que le suspens ne dure que jusqu'au 3 ou 4eme épisodes...).
C'est la première fois que j'apprécie autant un anime avec autant de carences. Mais l'aspect psychologique, la sympathie (et la pitié) que nous inspire(nt) certains personnages rend(ent) cette série attachante.
En lisant ta fiche, j'ai pensé à Soukyuu no Fafner, série passionnante et bouleversante. J'attends toujours de pouvoir finir les OAVs Arcadian Memory.
Commentaire de : Ashe (membre), le 27/08/2008 à 02h55
A noter que le manga est toujours en cours (8 au japon, bientot 3 en France) et qu'apparemment, le directeur de l'animé et le mangaka se sont clairement embrouillés sur la fin.

Autrement dit, le mangaka a conseillé à tous ses fans de ne pas regarder l'animé, comme quoi ce n'était pas du tout la conclusion qu'il voulait créer pour son oeuvre.

Alors forcément, ça donne envie d'y jeter un oeil ^^.

(source wikipedia)
Commentaire de : Ashe (membre), le 27/08/2008 à 01h38
Un animé qui fait pas mal réfléchir, pour du mecha c'est pas mal.
La preuve, j'avais tellement de choses à dire que j'ai du réduire la taille de l'article deux fois avant d'obtenir ce résultat, qui reste encore un peu long par rapport à mes autres fiches.

Et vous auriez vous une raison de vous sacrifier pour la terre ?


En tout cas, ya énormément d'idées qui sont copiés sur Gantz, dommage de ne pas avoir conservé aussi son absence totale de rationalité.