image de $anime_tableau['titre'] image de $anime_tableau['titre']

.hack//SIGN


Ajouté le 11/03/2008 à 00h43

Série Télé de 26 épisode(s) : Epique, Fantastique
avatar ashe
Par Ashe
Informations personnelles sur la série :
Nombre d'épisodes :
Avancement personnel [au japon] :
Localisation (prêtée à) :
Stockage :
Appréciation :
26
Complète [terminée]
Appartement
Boîte (38)
3 / 5
Avis sur l'animé :
Synopsis :

Depuis qu'internet a été réintroduit pour le grand public, The World est le premier jeu en ligne massivement multijoueur (MMO) à y être proposé. Le succès est immédiat et le nombre d'utilisateurs dépasse rapidement les 20 millions. .hack SIGN démarre suite à plusieurs événements mystérieux. Un jeune magicien se retrouve soudainement dans l'impossibilité de se déconnecter et il est suivi par une étrange créature qui plonge les joueurs dans un profond coma en tuant leurs personnages. Au même moment, une rumeur se répand sur l'existence d'un objet permettant de dépasser le statut des administrateurs : la clé du crépuscule.


La série .hack :

Difficile de parler de la série .hack SIGN sans la replacer dans son concept. A l'heure où j'écris ces lignes et si Bandaï arrête de prendre les consommateurs pour des vaches à lait, .hack est composée de deux grandes parties. Le projet .hack et le projet G.U. qui se déroulent respectivement dans la version une et deux du jeu en ligne The World. Pour faire un résumé rapide du concept imaginé par les développeurs, .hack c'est des mauvais jeux, des mauvais romans, des mauvais OAV et des séries TV/manga inégales formant un tout dont la seule qualité est un scénario exceptionnel.


Le projet .hack démarre avec les 26 épisodes de .hack SIGN, se poursuit indirectement avec les 12 OAV ou les 3 mangas Legend of twilight (qui racontent la même chose) et se termine par les 4 jeux vidéos .hack (dans l'ordre : Infection, Mutation, Outbreak et Quarantine) ou les 2 mangas .hack XXXX (qui diffèrent cependant légèrement sur quelques points). La partie G.U. démarre elle aussi avec une grande série TV de 26 épisodes : .hack Roots, suivie par, au choix, les 3 jeux vidéos .hack G.U. ou la série manga en cours .hack G.U.+ et devrait prendre fin avec le film .hack G.U. Trilogy. Il est aussi possible de suivre toute l'aventure via les romans qui, pour le coup, démarrent avant la création de The World.


Avis :

Ce qu'il faut savoir avec les séries animées de .hack, c'est qu'elles n'ont rien à voir avec les autres classiques se déroulant dans des RPG en ligne. Les combats contre les créatures sont secondaires voire inexistants. La rareté des affrontements est d'ailleurs tellement flagrante que l'on sent rapidement qu'il y a eu une grosse coupe dans le budget réalisation, un peu honteux pour une série qui rapporte autant. Le pire reste l'animation désastreuse rappelant facilement les standards d'il y a 10 ans. Seule la compositrice, la bien connue Kajiura Yuki (Noir, Madlax), s'est donnée à fond.


L'intérêt central repose donc sur la relation entre les nombreux personnages et la cause des différents problèmes rencontrés par les joueurs. Donc vous allez manger du dialogue et encore du dialogue et il en résulte clairement un manque de dynamisme affligeant. Heureusement .hack SIGN est sauvée par une galerie de héros très réussis et particulièrement touchants. Le chara design, bien qu'inégal, est globalement excellent (après tout, ils sont allés chercher Yoshiyuki Sadamoto, célèbre pour son travail sur Evangelion) et on prend finalement plaisir à suivre leurs (lents) pas.


De plus, l'ambiance est très bonne, mélange habile entre le côté bon enfant du jeu et le problème très sérieux qui se pose depuis le début des comas. L'univers est d'une originalité convenable, bien que puisant plus qu'allègrement dans les standards du MMO. Il est suffisamment unique pour permettre aux néophytes comme aux fans de RPG d'apprécier la ballade. Enfin la série se permet de bonnes petites réflexions sur la frontière qui existe entre monde réel et virtuel, certes pas du niveau d'une œuvre cyber-punk philosophique à la Lain mais en définitivement plus accessible.


La cerise sur le gâteau est que, contrairement aux autres œuvres estampillées .hack, .hack SIGN se permet le luxe d'avoir une vraie fin. Alors bien sûr, il ne s'agit que d'une infime partie de l'intégralité du scénario, mais ça évite la frustration que l'on ressent par exemple avec .hack Roots. C'est d'ailleurs très certainement la meilleure production (prise séparément) de la licence. Une série sous-estimée qui saura plaire à ceux pour qui la tranquillité est une philosophie de vie.


Fiche associée : .hack//Roots
Lien animeka
Retour aux animés

Les avis des membres

Commentaires : [1-20]

Aucune note attribuée à cet animé par les membre.

Ajouter un commentaire