image de $manga_tableau['titre'] image de $manga_tableau['titre']

Icare


Ajouté le 03/03/2008 à 21h15

One-Shot de 1 tome(s) : Science-Fiction, Conte
avatar ashe
Par Ashe
Informations personnelles sur la série :
Nombre de tomes :
Avancement personnel [au Japon] :
Localisation (prêtée à) :
Appréciation :
1
Complète [terminée]
Maison
1.5 / 5
Avis sur le manga :
Synopsis :

Icare est un enfant possédant le don incroyable de voler. Il naît malheureusement en plein régime dictatorial et les dirigeants décident rapidement de l'enfermer dans un centre d'étude. Quinze ans plus tard, l'oiseau ne supporte plus la cage.


Avis :

A l'annonce du projet Icare, j'étais euphorique. Ce grand auteur de bande dessinée française qu'est Moebius n'a jamais caché sa passion et son respect pour le manga. L'exposition en duo avec Myazaki sur Paris en était déjà une belle preuve. Alors forcément quand il décide de contacter Taniguchi pour un partenariat, on ne pouvait s'attendre qu'à un résultat exceptionnel. Mais je ne vous masquerais pas plus longtemps la vérité, il n'en est rien. Icare ne réussit qu'une seule chose : à décevoir.


A bien y repenser, leurs domaines respectifs n'ont vraiment rien à voir. D'un côté, Moebius est un scénariste d'exception maniant extrêmement bien le fantastique, la science-fiction et le bizarre de façon générale (les Jardins d'Edena). Sous son autre pseudonyme, il fait aussi des BD plus rationnelles dont la pierre angulaire reste quand même un scénario très dense (Blueberry). Ses univers sont souvent très durs et demandent dans tous les cas un esprit assez acerbe pour être pleinement assimilés (l'Incal). De l'autre côté, Taniguchi est pour moi le maître incontesté du conte moderne. Personne ne réussit à dépeindre l'homme de maintenant avec autant de sensibilité que lui : ses peurs (le Journal de mon Père), ses défis (le Sommet des Dieux) et ses plaisirs (L'orne du Caucase) plus ou moins simples. On commence déjà à sentir que l'alchimie va être difficile.


Moebius dont Icare était un projet de BD complète jamais commencé, a revu son scénario à la demande du producteur japonais. Non seulement il a dû le réduire à cause des mauvais chiffres de vente, mais en plus il en a supprimé les aspects les plus sombres. L'histoire originale décrite en post-face aurait fait cinq tomes comme celui-là et aurait ressemblé qualitativement aux autres oeuvres du maître. A l'inverse : la narration enchaîne les clichés, l'histoire est ennuyante et la fin en queue de poisson frise l'insulte. Pour couronner le tout le style graphique unique de Taniguchi, si remarquable pour dépeindre la réalité, ne se prête pas du tout à cet essai dans la science-fiction. Personnages trop normaux, décors manquant de démesures et appareils à l'originalité inexistante viennent annihiler le peu d'intérêt qu'il restait dans ce partenariat. Vous l'aurez compris, je le déconseille et ce même (surtout) aux fans d'un des deux auteurs.


Lien Manga News
Retour aux mangas

Les avis des membres

Aucun commentaire ajouté à cette fiche.

Aucune note attribuée à ce manga par les membre.

Ajouter un commentaire